Méditation des Eléments

Méditation de Développement Naturel

Inspirations à écouter et recevoir avec son coeur et son âme

La lumière n’existe pas sans l’ombre

Le bien n’existe pas sans le mal

Tout est polarité

La grisaille, le soleil

Le jour, la nuit

Le calme, la tempête

Tout est polarité

Je suis polarité

e regarde la mer

Tantôt, sereine, presque immobile, comme figée, enveloppante.
Tantôt déchainée, ses vagues venant se fracasser sur les rochers, assourdissante, envahissante.

Je suis mer.

 

J’observe la rivière, tantôt mince filet, se frayant un chemin sinueux, contournant les obstacles. Eau douce érodant, doucement, lentement, la roche la plus dure.

Tantôt cascade, tantôt stagnante.

Tantôt flot ininterrompu. Bouillonnante.

Je suis rivière.

 

J’écoute le vent.

Tantôt à peine perceptible, presque absent, léger voile caressant.

Tantôt bourrasque folle, faisant voler mes cheveux. Cinglant.

Le souffle entre les roseaux qui vacillent mais jamais ne se rompent.

Je suis vent.

Je regarde le ciel.

Tantôt bleu, profondément bleu, infiniment bleu.

Tantôt teinté de nuages blancs, virant à l’anthracite, au charbon…

Tantôt gorgé d’humidité, lourd à en crever, puis se déversant jusqu’à l’horizon

Je suis ciel.

 

Je regarde le chêne.

Placide et digne, qui reste, ancré, malgré les errances.

Je suis les racines qui s’enfouient dans les entrailles de la terre, permettant à mes branches, de se déployer vers les étoiles.

Je suis arbre.

 

Je regarde la roche.

Tantôt friable, s’effritant sous mes pieds, glissant entre mes doigts comme d’un sablier.

Tantôt posée depuis toujours, qui restera, semblant offrir la force du minéral à l’éternité.

Je suis roche.

 

Je ressens le temps.

Tantôt étouffant, faisant transpirer ma peau

Puis capricieux, soudain glaçant jusqu’aux os

Le temps qui passe, parfois trop vite. Toujours compté.

Mais le temps ne joue pas contre moi

Je suis le temps.

 

Je regarde la feuille vert tendre, croître, tourner au doré, au marron, et tomber, revenir à la terre.

La fleur qui éclot, fane et couve en son sein le bourgeon de sa poussière.

Le moment où le temps semble s’arrêter, se fige, se glace. La vie continue pourtant en profondeur, sous la surface

Chaque fin porte en elle le terreau de sa renaissance : loi des cycles, éternel recommencement

Je suis hiver, été, printemps, automne.

Je suis saisons. Je suis toutes les saisons.

 
 

Je suis tout cela, et tellement plus encore.

Comment pourrais – je imaginer n’être que ciel bleu sans embrasser l’orage ?

Comment pourrais – je n’être que mer d’huile ?

J’abandonne toute idée de n’être que lumière

J’abandonne toute idée de n’expérimenter que le bien – être

 

Je ne décide de rien. Je ne contrôle rien.

Je renonce à toute velléité de contrôle, de changement, d’évolution.

Un arbre ne redevient jamais une graine… il évolue, naturellement. Comme moi.

 

Je n’échappe pas aux lois de la Nature

J’accepte l’impermanence des choses.

J’accepte l’impermanence de la vie

 

J’accepte l’impermanence de ma nature comme j’accepte l’impermanence de la nature.

Je retrouve un lien symbiotique avec elle. Je réapprends à écouter ses leçons, elle ne triche jamais.

 

Je me relie à la nature, j’en fais partie.

Je suis la nature.

 

Je suis la vie,
je suis le vent,
J’accepte

une suggestion de thématique, un commentaire ?

Partager ce contenu
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
Retour haut de page