Méditation pour se détacher de ses pensées

Méditation pour se détacher de ses pensées

Méditation de Développement Naturel

Inspirations à écouter et recevoir avec son coeur et son âme

 

Je ne suis pas mes pensées. Elles ne sont pas moi

Je peux m’y identifier ou je peux m’en détacher

Choisir de ne pas les suivre et si malgré cela,

Je les suis, j’observe juste, sans me juger

 

Mes pensées n’ont d’emprise que si je les suis

Je décide de ne pas les suivre, ne pas les être

J’habite pleinement mon corps, je reste où je suis

Sans fuir ni par la porte, ni la fenêtre

 

Comme un manteau qui parfois me colle un peu trop

Je garde en tête que mes pensées sont un vêtement

Et pas, au fil du temps, une seconde peau

Dans laquelle je me draperais inconsciemment

 

Mes pensées peuvent prendre le dessus, me terrasser

Si je commence à tirer sur le fil, je saute

Je cours, je vole, impossible de m’arrêter

Je déroule la pelote d’une pensée à l’autre

 

Avec des si on mettrait Paris en bouteille

Rêves utopiques, cauchemars réels éveillés

Avec des pensées, je mets ma vraie vie en veille

Plans sur la comète de peut- être en jamais

 

Mes pensées peuvent m’emmener dans un monde lointain

Dérivant vers la folie d’une vie parallèle

Qui ne m’appartient pas, où je ne reconnais rien

Me faire perdre pied, bouleverser mes échelles

 

Les chevaucher peut me plonger dans les regrets

Aurais – je dû faire ou dire ceci, ai – je eu tort

Faille spacio temporelle, réminiscences passées

Qui peuvent me tromper, réveiller des remords

Me projeter dans un futur plus qu’incertain

Qui dans mon présent, me crée de vraies émotions

Imaginé, rêvé, craint, personne n’en sait rien

Mais réellement basé sur des suppositions

 

Mon mental n’est pas un ennemi, c’est un allié

Je le remercie de m’aider à réfléchir

De savoir se faire discret, ne pas s’imposer

Laisser la place à mon besoin de ressentir

 

La sagesse bouddhiste dit que la souffrance nait

Du fait de croire ses pensées, et dit autrement

S’identifier au mental empêche d’habiter

Tout son corps, tout son cœur, être soi pleinement

 

J’ai des pensées, j’ai aussi des intuitions

De la présence, de l’attention, du ressenti

Comment ne serais- je qu’idées et projections

Je suis tellement plus que des pensées finies

 

Quand les pensées déferlent, je peux visualiser

Un écran projetant des extraits qui défilent

Extérieur à la situation, détachée

Je laisse passer les clichés sans en suivre le fil

 

Je peux aussi y voir des nuages qui bougent sans

Que je vois le vent, mais le mouvement est là

Une brise légère les éloignent’ doucement

Vidant mon ciel, et me reposant ici – bas

 

Pour ne pas laisser mes pensées me gouverner

Je ne fais qu’une chose à la fois et je reviens

A mon corps, sur ma respiration, bien centrée

J’en fais un mantra, j’y reviens et je m’y tiens

J’inspire, je suis ici, je suis maintenant

Je ne suis pas mes pensées, sur moi elles n’ont pas d’emprise

J’expire, je reste dans mon présent

Je ne suis pas mes pensées, je les laisse s’en aller, je lâche prise

 

J’inspire, Je ne suis pas mes pensées, je décide de ne pas les suivre

J’expire, je ne suis pas mes pensées, je décide de ne pas les être

hamac

une suggestion de thématique, un commentaire ?